Vendredi 17 juin 2016 Lisbonne

Notre dernier jour à Lisbonne

Afin de terminer notre comparatif des pastéis de nata : Manteigaria Fábrica de Pastéis de Nata. Vrai de vrai ils sont divins et ils viennent juste de sortir du four. Rebelote on prend le tram 28 et on grimpe jusqu’au Castelo de São Jorge (visite dont on aurait pu se passer mais tant pis c’est fait), on flâne doucement en repartant et on prend un apéro « tranquiiilllle » dans les rues piétonnes du centre ville. Pour notre déjeuner nous avons dégoté un petit resto absolument génial, les meilleurs hamburgers –sans pain- jamais mangés. Un patron charmant, un vin délicieux (voire même plusieurs vins !!), une viande parfaitement cuite, bref on a vraiment apprécié et savouré notre repas. On repart en direction du port, bien décidé à profiter de notre balade en bateau sur le Tage. Balade qui doit nous conduire au pied (ou presque du Cristo Rei). On est tous tellement à l’affût du départ du bateau que Maryse dans sa précipitation loupe un trottoir et se tord la cheville. Une belle entorse qui pointe son nez et qui va lui gâcher la fin du séjour. Courageusement elle décide de poursuivre car elle ne veut rien perdre de ce que nous allons faire.
Nous arrivons donc en bateau de l’autre côté de la baie et un autobus plus tard nous voilà au pied du Cristo Rei. C’est un monument représentant le Sacré-Cœur de Jésus (un petit Corcovado mais pas celui de Rio !!). La vue d’en haut est superbe, surplombant le pont du 25 avril, le Cristo Rei fait face à la ville de Lisbonne par rapport à l’embouchure du Tage. Nous demeurons un moment, tous sous le charme de ce paysage, certains profitant d’un moment de méditation dans la petite chapelle. Puis retour autobus et bateau, sauf que personne n’a songé à regarder les horaires de retour en bateau et qu’il nous faut patienter une heure en regardant le fleuve et les pêcheurs !! Revenus sur la terre ferme au cœur de la ville, nous en profitons pour faire nos derniers achats, et oui départ demain de bonne heure. Maryse, toujours de bonne humeur malgré sa cheville douloureuse, nous suit tout au long des petites ruelles qui grimpent à la recherche du dernier restaurant lisboète. Pour Maryse et Claude ce sera retour en taxi après le diner et pour les autres retour à pied avec la chance de passer devant la pâtisserie Manteigaria au moment où retentit la cloche qui annonce la sortie du four des délicieux pastéis de nata…impossible de résister et d’ailleurs personne ne songe à se priver de ce petit plaisir.

Donnez votre avis