Fin de la Pacific Coast Highway 23 sept

Carnet de voyage la route 66

Fin de La Pacific Coast Highway

Aujourd’hui nous allons vers Oakland, de l’autre côté de la baie de San Francisco, dernière grande ville de notre périple.

Fin de la Pacific Coast Highway et l’océan est toujours aussi reposant à regarder. Le ressac et l’écume des vagues se détachent parfaitement dans un bleu-vert lumineux où l’océan et le ciel ne font qu’un.
 

San Luis Obispo

 

Premièrement arrêt à San Luis Obispo charmante bourgade ensoleillée posée sur la Route US 101, à une vingtaine de kilomètres de l’océan Atlantique. Au cœur de la vallée des Santa Lucia Mountains, San Luis Obispo doit sa création au Père Junipero Serra qui y fonda la mission San Luis Obispo Mission de Tolosa en 1772. Annoncée par la sculpture d’un grizzly, l’imposant bâtiment blanc jouxte la Mission Plaza.

 

Sur la route 

Ensuite la route passe vers San Simeon d’où on peut admirer le grandiose château du célèbre magnat de la presse William Randolph Hearst. 

La côte est de plus en plus belle et de plus en plus sauvage. Des pics, des falaises, des rochers au milieu de l’océan, la route qui serpente doucement. Et puis soudain après un virage, une plage avec une colonie d’éléphants de mer. Il y en a qui nagent et d’autres qui se dorent au soleil.
Les américains prétendent que la Pacific Coast Highway est la plus  belle route du monde ……Il est certain que c’est une splendeur et un éblouissement. L’océan change de couleur au fil des km tantôt bleu, vert ou rougeâtre selon la profondeur et la présence des algues. Bref vous aurez compris que l’on a adoré notre « balade » le long de la côte californienne.
Et puis nous sommes passés par Carmel, ville aux maisons très cossues, de nombreux golfs, beaucoup de boutiques chics et de galeries de peintures. Nous n’avons pas croisé Clint bien qu’il ait toujours une maison dans le coin !!

Arrivée à Oakland étape du jour et fin de La Pacific Coast Highway.

Office du tourisme Los Angeles

 

Pour ne rien rater !

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER.

Donnez votre avis