Nimbin et Byron Bay 3 décembre

 

 

 

Nimbin capitale alternative

Le camping de cette nuit est étonnant, tout le budget a été englouti dans une piscine grandiose digne d’un 4 étoiles. Quand au reste, c’est plutôt vieillot. Celui qui a pensé le camping avait sûrement fumé le chichon, ici, on en trouve facilement.

Les campeurs et campeuses on tous l’air stone, nous sommes bien à Nimbin.

Ce matin nous nous réveillons avec la pluie et un peu frais 18°. Après le petit déj et la douche, profitant d’une éclaircie, nous partons visiter le village.

Un peu d’histoire :

La ville est connue comme « capitale alternative » du pays où les hippies ont trouvé refuge depuis le Woodstock australien, l’Aquarius Festival. C’était en 1973. Lancé par une poignée d’étudiants de Canberra, ce rassemblement contre-culturel et anti guerre célébrait le mode de vie alternatif et la marijuana. Des jeunes de tout le pays s’y sont retrouvés. Le mouvement hippie australien était né.
C’est donc depuis plus de 40 ans que cette communauté existe et perdure grâce à ses idéaux utopiques, à la prospérité qui règne au seins du village, et aussi et surtout grâce aux champignons magiques et à la marijuana que l’ont peut trouver là bas.

Nimbin! c’est une expérience à vivre… Imaginez-vous: vous roulez au milieu de nulle-part, dans un paysage verdoyant et vallonné, et ne croisez comme âmes qui vivent que des vaches sur de nombreux kilomètres. Et là, vous y arrivez, à NIMBIN. Vous remontez le temps….. vous êtes en 1968. Nous garons Apollo sur un parking pour ne pas se faire trop remarquer. Nous prenons une ruelle qui nous mène vers le « centre » du village. Nous croisons quelques poules qui elles aussi, vivent à la cool. Et là, nous arrivons dans la rue principale: Des hippies, des rastas de partout, ici tout le monde marche pieds nus au rythme des chansons de Bob Marley. Des magasins originaux, on l’on trouve tout le matériel du parfait fumeur d’herbe, mais aussi de nombreux produits à base de chanvre, ou encore des tenues colorées Made in Guatémala.
Les maisons aux couleurs de l’arc en ciel, nous avons l’impression d’être dans un épisode des Bisounours ou de Barbapapa, le chichon en plus…..

Nous continuons la visite, et tournons dans une petite ruelle ombragée, dotée de nombreux bancs. Rapidement, nous comprenons que ces bancs sont utilisés en guise d’étal pour un marché assez original: le marché de l’herbe. Tout le monde fait son petit commerce sans aucune discrétion. Un vieux rasta décharné nous propose de l’herbe douce. Tu trouves aussi de bons cookies maison (à l’herbe bien sûr. Ici, tout est cool. Bonne expérience à vivre, même si ce n’est que pour quelques heures ( car le village est très petit!) Nous quittons Nimbin sans avoir rien acheté… no cookies, no herbe dans nos sacs. Vu la tête des gugusses, tu préfères d’abstenir. L’herbe n’est sûrement pas un baume de beauté et n’a pas l’air de rendre très intelligent.

En route pour Byron Bay! Arrêt à Lismore pour faire quelques courses, il faut bien manger!

Nous trouvons un camping en bordure de plage de Byron Bay. Il est un peu cher, mais on a pas le choix. Après déjeuner nous empruntons la plage pour rejoindre le centre du village et là! nous pouvons enfin admirer des surfeurs, un vrai plaisir pour les yeux mesdames……..

Byron Bay est une toute petite ville qui a gardé une trace hippie, avec pas mal de babas cool ( planche de surf en plus).
La “ville” n’est faite que de petits commerces parfumés à l’encens.
Les vans et les combis Wolkswagen bariolés des surfeurs ajoutent un côté coloré à Byron Bay !
Des plages magnifiques, sable blanc, eau turquoise, oui! Oui ! Je sais, mon vocabulaire ne varie pas beaucoup ( magnifique, fabuleux, merveilleux, superbe ….). On se promet de se jeter dans les vagues demain…

Laissez nous un message

et abonnez vous à notre newsletter !

Pour ne rien rater !

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER.

Commentaires

Rejoignez la discussion et donnez-nous votre avis.

Réponse d’administrateur par : Les Jac
4 décembre 2015 à 8 h 36 min
– En réponse à: Maryse et Claude

Non pas de chichon vraiment! Je n’oublie pas l’opéra hélas qui arrive trop vite.
Gros bisous à tous les deux.

Christine
4 décembre 2015 à 8 h 13 min

Bon allez un peu de franchise…. Je pense que Bruno avait certainement acheté un petit (ou un gros) cookie parfumé à l’herbe douce et que après l’avoir mangé il s’est soudainement jeté à l’eau !! Il a pas vraiment la tête du mec ravi de sa baignade matinale ! Et je sais que rien ne l’arrête : ni les bouibouis balinais, ni les marchés indiens, ni les sauterelles grillées mexicaines alors un cookie australien même pas peur !!!
Allez j’attends la suite de vos aventures. Bisous

Maryse et Claude
3 décembre 2015 à 15 h 27 min

hello!!!
Vous nous faites vraiment rêver.
Le chichon !!!!!!vous n ‘avez pas essayé ? c’est sur?
En tout cas bientôt Sydney ! alors Monique « L’OPERA »!!! n o’ublies pas: penses fort a moi.
Continuez bien
Bisous

Publier une réponse